Le cancer est caractérisé par une prolifération incontrôlée de cellules, envahissant et détruisant les tissus et organes environnants. Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes. La fréquence du cancer de la prostate augmente avec l’âge. Un homme sur 10 est atteint du cancer de la prostate durant sa vie et un homme sur 30 en meurt.

Qu’est-ce que la prostate ?

La prostate est une glande de l’appareil reproducteur masculin. Elle est située tout juste sous la vessie et, comme un anneau, elle entoure l’urètre, ce canal par lequel l’urine et le sperme sortent à l’extérieur du corps. Le rôle de la prostate est de produire le liquide prostatique, un des composants du sperme avec le liquide séminal et les spermatozoïdes, de stocker temporairement le sperme avant l’éjaculation, puis de se contracter au moment de l’éjaculation, participant ainsi à l’expulsion du sperme.

Quelles en sont les causes ?

Les causes exactes du cancer de la prostate ne sont pas connues à ce jour. Les facteurs de risque les plus importants sont: 

  • L’âge : le cancer de la prostate touche surtout les hommes de plus de 60 ans. L’âge moyen au moment du diagnostic est de 70 ans, et de 80 ans au moment du décès.
  • La prédisposition familiale : avoir un parent du premier degré ayant eu un cancer de la prostate multiplie le risque d’en contracter 3; deux parents du premier degré: risque multiplié par 10.
  • Les habitudes alimentaires : les tomates et le soja semblent diminuer le risque alors qu’une consommation importante de viandes rouges et de graisses d’origine animale semble l’augmenter.
  • Les afro-américains ont un risque accru, les asiatiques un risque diminué par rapport à la race blanche.

Quels sont les symptômes du cancer de la prostate ?

Le cancer de la prostate ne cause généralement aucun signe ni symptôme aux premiers stades de la maladie. Les signes et les symptômes apparaissent souvent lorsque la tumeur croît et entraîne des changements des habitudes urinaires ou d’autres problèmes. D’autres affections médicales peuvent provoquer les mêmes symptômes que le cancer de la prostate.

Les signes et symptômes du cancer de la prostate comprennent :

  • besoin d’uriner souvent (mictions fréquentes), surtout la nuit
  • besoin pressant ou soudain d’uriner (mictions urgentes)
  • difficulté à commencer à uriner et effort pendant la miction
  • jet d’urine faible, lent ou qui s’interrompt
  • incapacité de vider complètement la vessie
  • difficulté à contrôler sa vessie (incontinence), ce qui peut entraîner des fuites urinaires
  • présence de sang dans l’urine ou dans le sperme
  • sensation de brûlure ou douleur pendant la miction
  • éjaculation douloureuse
  • difficulté à avoir une érection (dysfonctionnement érectile)

Devant l’apparition d’un ou plusieurs de ces symptômes, il est important de consulter un médecin afin de vous faire correctement examiner et faire les tests nécessaires à la confirmation du diagnostic afin de se faire prendre rapidement en charge.

Quels sont les options thérapeutiques ?

Plusieurs options de traitement sont disponibles, selon le stade et la rapidité d’évolution du cancer de la prostate. Elles doivent être discutées avec le médecin traitant qui informera le patient des risques et des bénéfices inhérents à chaque traitement.

Attente sous surveillance

Il se peut que l’on choisisse l’attente sous surveillance (plus ou moins active, selon le cas) comme option thérapeutique lorsque la tumeur est bien circonscrite (les cellules cancéreuses sont confinées à la prostate). On ne donne alors pas de médicaments et on ne pratique pas de chirurgie, mais on surveille de près l’évolution de la tumeur.

Chirurgie

Il s’agit de retirer toutes les cellules cancéreuses en opérant la prostate (prostatectomie totale ou prostatectomie radicale) et certains tissus adjacents (vésicules séminales). Cette opération chirurgicale entraîne de moins en moins de problèmes, comme de l’incontinence urinaire et les troubles d’érection, car les techniques chirurgicales ont progressé. Les troubles d’érection surviennent chez environ 1 homme sur 5 dans la cinquantaine qui subit une prostatectomie. Les fonctions érectiles et urinaires reviennent généralement à la normale au cours des 2 ou 3 années qui suivent l’opération.

Radiothérapie

Elle consiste à détruire les cellules cancéreuses :
Pour la radiothérapie : à l’aide de radiations électromagnétiques externes (émises par un appareil de radiothérapie), en essayant d’épargner les tissus sains périphériques. La radiothérapie représente une alternative à la chirurgie.

Pour la curiethérapie : à l’aide de rayons émis par des grains radioactifs insérés et laissés en place dans la prostate. Elle permet aux rayons d’avoir une zone d’action très localisée et ciblée.

Traitement hormonal

Cette approche, à long terme, vise à administrer des médicaments qui vont agir pour priver les cellules cancéreuses des hormones mâles dont elles ont besoin pour croître. Elle permet de réduire la taille de la tumeur et d’envisager un traitement de radiothérapie. Elle est aussi indiquée pour ralentir l’évolution du cancer de la prostate.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est réservée aux cancers ne répondant plus au traitement hormonal. Elle consiste à administrer, par injection ou sous forme de comprimé, des agents chimiques toxiques afin d’éliminer les cellules cancéreuses. Il en existe plusieurs, qui possèdent différents mécanismes d’action et différents effets indésirables.

Dr. Ibrahim KONE

L'invité
L'invité de TCHEYA est un contributeur indépendant qui souhaite partager des billets pertinents avec les lecteurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.