TCHEYA est parti à la rencontre de Benedicto de Barboza ; un auteur qui ose. Il est l’auteur de “Les fleurs du plaisir”, un recueil de poèmes érotiques.

1. En quelques mots, qui est Benedicto de Barboza ?

Merci pour l’opportunité que vous me donnez. Comme on le dit, « on ne peut se mettre à la fenêtre et se regarder passer ». Mais je vais essayer de me décrire quand même. Je suis un homme joyeux, toujours joyeux et prêt à aider son prochain selon ses possibilités.

2. Depuis quand écrivez-vous et que signifie « écrire » pour vous?

J’ai commencé à écrire depuis la classe de 6ème (année scolaire 1985 -1986) après un cours en français sur les rimes au Lycée Scientifique de Yamoussoukro. Pour moi « écrire » ce n’est pas seulement « tracer les signes graphiques qui représentent une langue » ; mais c’est exprimer les émotions de son être et les partager avec les autres de sorte à toucher aussi la sensibilité de leur âme. Ecrire, c’est être aussi un petit « dieu » qui donne vie et destinée à des êtres.

3. Comment êtes-vous arrivé à la poésie et pourquoi la poésie érotique ?

Comme je l’ai dit, c’est en classe de 6èmeque je me suis intéressé à la poésie. Je trouvais cela beau et touchant. Alors je me suis mis à écrire de petits vers avec des rimes pour m’exercer.

Pourquoi la poésie érotique ? Est érotique ce qui a trait à l’amour charnel, la sensualité et la sexualité ; ce qui stimule le désir amoureux. Je retiens de cette définition l’Amour qui pour moi, est la clé de vie. Sans Amour, il n’y a pas de vie. A travers la poésie érotique, j’invite les être humains à s’aimer, à exprimer haut et fort cet amour, à communiquer et à s’unir en chœur et avec le cœur.

4. Qui est votre muse ? Pouvez-vous nous parler d’elle ?

La femme est ma « muse », car c’est ma source d’inspiration. J’ai rencontré ma muse Maman Yolie, en 2009 dans le cadre du cercle des anciens étudiants de Bouaké sur Facebook. On s’est rencontré, on a parlé et j’ai été séduit par une femme émancipée, instruite, ouverte, bien et en plus, mettant en valeur ce qu’elle a de plus beau : ses seins. Elle appréciait les poèmes que je publiais souvent sur notre forum pendant que les autres me condamnaient. C’est ainsi qu’elle est devenue ma muse et moi son « poète adoré ». Elle m’a encouragé à oser.

5. Pouvez-vous nous raconter vos premiers souvenirs liés à la poésie ?

Premiers souvenirs ?  J’aimais une fille au Lycée, Paloma elle s’appelait. Et j’ai pas pu le lui dire. Je lui ai envoyé un poème resté sans suite. Ensuite ce fut le tour à une autre de me captiver. Là encore, je lui ai envoyé un poème «  H…… soleil ». Elle m’a envoyé son sourire simplement. Puis ce fut ma première déception et j’ai écrit « cœur brisé »….

Découvrez aussi l’interview avec Elie Akadia

6. Pouvez-vous nous parler de vos auteurs et livres préférés, les poètes qui vous intéressent ou influencent ton écriture ?

J’aime les écrits de Victor Hugo et de Isaï Biton Coulibaly. Cependant, Charles Baudelaire que j’ai étudié en classe de terminale A au Lycée Classique d’Abidjan est celui-là même qui m’a influencé.

7. Pouvez-vous nous parler de « Les fleurs du plaisir » ?

« Les fleurs du Plaisir » est un recueil de poèmes qui est l’expression de la quête de l’amour. Certains poèmes sont du vécu. Le recueil est divisé en trois parties. La première est une série d’odes à la femme, femme source de vie, d’amour et femme source d’inspiration. La deuxième partie est la quête de l’amour. Enfin, la troisième partie est l’union, la communication et la communion entre deux êtres amoureux.

8. Quelles sont les histoires derrière ces poèmes :

  • Quand je t’aime, page 20

C’est une déclaration d’amour à une femme que je n’avais pas encore rencontré mais que j’aimais. Je l’ai écrit après avoir écouté Demis Roussos (Paix à son âme).

  • Ma lesbienne aimée, page 29

Une femme que j’aimais à la folie ; mais à force d’avoir le cœur brisé par les hommes, elle m’a avoué qu’elle est devenue lesbienne. Les hommes, elle n’en veut plus. Ça m’a vraiment marqué.

  • Féline, page 51

C’est l’histoire d’un homme qui se retrouve pour la première fois avec sa bien-aimée pour une communion des corps. Il est captivé par sa beauté. Il lui rend donc hommage avant de faire un avec elle.

9. TCHEYA c’est l’univers des hommes, y a-t-il une chose que vous aimerez dire en tant qu’homme aux hommes qui nous lisent ?

Sachons parler aux femmes. Une femme est faite pour être séduite, chantée, célébrée et vénérée. Beaucoup d’hommes aujourd’hui ne savent ni aborder, ni parler, ni séduire une femme. Apprenons à le faire. A travers les mots qui viennent de notre âme, touchons d’abord leur âme et leur cœur. Cultivons l’amour, toujours et non un seul jour.

10. Si Benedicto était…

  • Si tu étais un Appareil photo : Kodak, mon premier appareil photo; 
  • Si tu étais un sportif : Roman Reigns, super star de la WWE (j’adore le catch)
  • Si tu étais un humoriste : Adama Dahico (toujours créatif et très professionnel) ;
  • Si tu étais une émission : The Voice (j’adore cette émission d’artiste en herbe en live)
  • Si tu étais un super pouvoir : celui de Wolverine (X-Men) éternel guerrier ;
  • Si tu étais un héros de dessin animé : Goldorak (les enfants quittez) ;
  • Si tu étais un poème de Baudelaire : A une passante (je me retrouve dans ce poème)
Arnaud Koné
Je suis Arnaud Koné, un jeune ivoirien passionné de communication digitale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.